Rallye Sprint de Marchin : Quand Matton se fait plaisir


  • Publié le mardi,29 mars , 2016 á 12:25 | Dans la catégorie : ASAF, Historic, Sport

    Par Patrick Hayot

  • Avec une affiche qui voyait un duel entre Dewulf et sa Toyota Corolla WRC et… Yves Matton avec la Citroën DS3 WRC, le conflit de génération allait plus que certainement s’accaparer toutes les attentions. Restait presque à connaître le dernier lauréat du podium. Bouche, faisant une pige avec la Mitsubishi Lancer Evo 10, avait la faveur du pronostic.
    En D4, cette confrontation prometteuse n’a duré que le temps d’une spéciale puisque Dewulf, si il rentrait en tête avec un boni de 5.19s sur le patron de Citroën Sport, sortait dans la suivante et retombait 2ème. Avec un retard de 10 minutes, c’en était fini de tout suspens. Et Matton de décrocher une victoire cinglante.
    Elle aurait même être bien plus rapide à se dessiner car Dewulf se faisait surprendre à la réception d’une bosse d’apparence anodine, elle sera fatale de façon spectaculaire à Arnaud Garsou (Peugeot 206), en se voyant envoyé vers le pylône en béton. A se demander si on aurait pu y passer une feuille à cigarette !
    Les bévues du pilote Toyota profitaient à Bouche qui n’a pas eu réellement d’opposition non plus.
    Le spectacle était ailleurs et c’est le quatuor Jimmy Grommen (Citroen C2 R2 MAX), William Wilkin (Renault Clio R3), Johan Vandendries (Citroen C2 S1600) et Canal-Robles (Skoda Fabia R2) qui nous l’a offert.
    Un coup à toi, un coup à moi… Visiblement chacun avait ses chances de l’emporter et de signer une très belle performance au général puisque ce n’est ni plus ni moins que le podium qui se jouait suite aux mésaventures de Dewulf !
    Tous méritent amplement nos applaudissements, même si au final, c’est Grommen qui l’emporte. Vandendries et Canal-Robbles sont à l’opposé l’un de l’autre, mais quelle hargne. Le premier fait « chanter » sa Citroën, tandis que le second paraît bien sage… Et pourtant, quelle efficacité silencieuse avec sa Fabia R2.
    Il ne reste plus que leurs yeux pour pleurer de se faire devancer par le trio final des tractions, Canal-Robles abandonne suite à un problème électrique, car avec les pluies de la fin de matinée et pour la suite de la journée, les 4×4 que sont les Mitsubishi Lancer et Subaru Impreza auraient dû être devant.
    C’est donc pour la symbolique que Patrick Schockaert l’emporte avec sa « Sub » dans la dernière spéciale devant les Lancer de Degroote et Clajot.
    En Div 1-2-3, la victoire a été rapidement acquise par Denis Delrue (#14 – Peugeot 306). Pourtant, au terme de la première spéciale, l’écart se chiffrait en secondes. En deux spéciales, cela se creusait et c’est en minutes que le leader rentrait à Marchin pour passer sur le podium. Un podium tricolore… au niveau des bolides puisqu’on y retrouve la Citroën Saxo Kit Car de Frédéric Hebette et la Peugeot 106 Maxi de Coenart. Notons également la très, très chaude explication tout au long de cette épreuve entre Thomas (7ème), Seret (8ème) et Dechany (9ème) qui finissent l’épreuve dans un mouchoir de poche de… 1,2 s ! (photos P Hayot – ©2016  auto-center.be)

    , , , , , ,

    La rédaction vous propose...

  • Auto-Center.be et le sport… clap de fin
    EDITORIAL – Si 2018 a été très difficile d’un point de vue personnel que je développerais pas, d’un point...
  • Salamandre Rally – Affiche internationale avec Bedoret, McRae, Gonon, Berlandy…
    8ème édition – Une nouvelle fois, le Salamandre Rally, épreuve régionale du championnat hennuyer de la discipline, présentera un...
  • ASAF 1.14 – Rallye de Trois-Ponts – Verschueren en référence !
    29ème édition – Racing Cars Organisation et les autorités compétentes ayant trouvé un terrain d’entente, l’édition 2019 de ce...
  • Rallye de Trois-Ponts – Il n’y a que… !
    29ème édition – Oui, il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis ! Tel est le...
  • Les commentaires sont fermés.